retour au calendrier         suivant

« Canoës » Entretien avec Maylis de Kerangal
Modération : Tonia Raus


{ conférence }
jeu. 2.12   [ 19:00 ]  
     Espace Nic Klecker


Billetterie :
Entrée libre, dans la limite des places disponibles Réservation obligatoire: billetterie@neimenster.lu

Info : En français Événement « COVID-Check »

FR: « Après le très beau « Réparer les vivants », après « Naissance d'un pont », Maylis de Kerangal revient avec un recueil de huit nouvelles autour de la voix. Des voix de femmes qui racontent leur vie, leurs envies, leurs fêlures, leurs silences. »

Léa Salamé, France Inter

Dans le cadre du colloque « Le malaise contemporain : Société et subjectivité dans la littérature française 1990-2020 », Maylis de Kerangal présentera son dernier roman « Canoës » publié aux éditions Gallimard en 2021 et reviendra sur l'ensemble de son ouvre. Elle a déjà reçu plusieurs prix pour son travail: Son roman « Naissance d'un pont », reçoit le prix Médicis 2010 (Verticales, 2010) et remporte aussi le prix Franz-Hessel ; la même année, il est sélectionné pour les prix Femina, Goncourt, et Flore. Son roman « Tangente vers l'Est » concourt pour le prix Orange du Livre 2012. En 2014, « Réparer les vivants » (Verticales), grand prix RTL Lire, reçoit également le prix du roman des étudiants France Culture-Télérama et le Prix Orange du livre. Le texte est adapté, mis en scène et joué sur les planches par le comédien Emmanuel Noblet et adapté au cinéma. La même année, elle reçoit le Grand prix de Littérature Henri-Gal de l'Académie française pour l'ensemble de son ouvre.

Maylis de Kerangal elle-même décrit son travail et son dernier roman « Canoës » de la manière suivante:

« J'ai conçu « Canoës » comme un roman en pièces détachées : une novella centrale, « Mustang», et autour, tels des satellites, sept récits. Tous sont connectés, tous se parlent entre eux, et partent d'un même désir : sonder la nature de la voix humaine, sa matérialité, ses pouvoirs, et composer une sorte de monde vocal, empli d'échos, de vibrations, de traces rémanentes. Chaque voix est saisie dans un moment de trouble, quand son timbre s'use ou mue, se distingue ou se confond, parfois se détraque ou se brise, quand une messagerie ou un micro vient filtrer leur parole, les enregistrer ou les effacer. J'ai voulu intercepter une fréquence, capter un souffle, tenir une note tout au long d'un livre qui fait la part belle à une tribu de femmes - des femmes de tout âge, solitaires, rêveuses, volubiles, hantées ou marginales. Elles occupent tout l'espace. Surtout, j'ai eu envie d'aller chercher ma voix parmi les leurs, de la faire entendre au plus juste, de trouver un « je», au plus proche. »

Durant cette soirée, l'auteure s'éntretiendra avec Tonia Raus, professeur adjoint en langue et littératures françaises et leurs didactiques à l'Université du Luxembourg. Elle enseigne au sein du Bachelor en Cultures Européennes et dirige la filière « Français » du Master en enseignement secondaire et s'intéresse à la littérature luxembourgeoise, en particulier d'expression française.

Commentaire de presse :

« L'ouvre que Maylis de Kerangal construit livre après livre est fascinante. [...] Canoës est un roman que j'ai dévoré et qui me hante. Un roman en pièces détachées autour de la voix et de ce qu'elle suggère, autour de la fragilité et de ce que l'on en fait, de la liberté de ces vies auxquelles il faut parfois s'adapter. Huit nouvelles absolument formidables. Un bonheur de lecture. »

François Busnel, La Grande Librairie

« Embarquée sur son canoë de papier, Maylis de Kerangal remonte le courant jusqu'aux sources de l'écriture, chasseuse-cueilleuse de phrases d'une musicalité brute. »

Élisabeth Philippe, L'Obs

« Une chose ne trompe pas, toutes ces femmes ont la même voix, inimitable, venue des profondeurs, vive et mate, labile et solide, de Maylis de Kerangal, une voix de géologue qui nous raconte des histoires familières en nous faisant entendre l'écho d'étrangeté qu'elles recèlent. Somptueux. »

Astrid de Larminat, Le Figaro Littéraire

Organisation : Institut Pierre Werner / Coopération: Uni. du Luxembourg, Uni. des Saarlandes et Uni.Trier / Soutien : neimënster




  retour au calendrier         suivant

{exposition}

Lucien Wercollier
Exposition permanente